Dossier carrière version novembre 2018 des attachés d’administration de l’État

Date novembre 23, 2018

La fédération des cadres CFE-CGC élabore régulièrement des dossiers carrière vous permettant de disposer de toutes les informations utiles concernant votre corps d’origine, en termes de textes réglementaires, de grilles indiciaires et de rémunération ou de possibilités de promotion. Nous vous proposons ici la mise à jour de novembre 2018 du dossier carrière des attachés d’administration de l’État, intégrant toutes les revalorisations liées à la mise en œuvre du protocole PPCR (Parcours Professionnels Carrières et Rémunérations). Nous rappelons que la CFE CGC a activement participé à ce chantier PPCR et a signé ce protocole, au bénéfice (non exclusif) de l’encadrement. Nous revendiquons dorénavant l’application complète du dispositif, non encore finalisé, et la poursuite du rééquilibrage entre l’indiciaire et l’indemnitaire.

Bonne lecture !

Pour télécharger le guide, cliquez ici

 

 

 

Elections professionnelles 2018 : quels enjeux ?

Date septembre 27, 2018

Femmes et hommes cadres du ministère de l’économie et des finances, nous sommes des rédacteurs, des experts, des chefs de projet, des managers, titulaires ou contractuels. Nous voyons notre administration et son cadre de travail évoluer, très vite, sous la pression des réformes. En conséquence, nous subissons une accélération et une multiplication des processus, des demandes de reporting. Nos tâches doivent être de plus en plus exécutées dans la précipitation, parfois sans véritable fil conducteur, sans finalité claire, sans logique. Par ailleurs, nous subissons la baisse des effectifs, le développement de l’individualisation, la culture du résultat et des objectifs à tout prix, sans toujours en comprendre le sens exact. Nos messageries débordent, les réunions s’accumulent, nous n’avons plus de temps pour nous former. Pour couronner le tout, les rémunérations stagnent, les débouchés se raréfient, les possibilités de mobilité se réduisent.

 Certes, les réformes de nos organisations sont nécessaires et inéluctables pour s’adapter au monde numérique mais elles ne doivent pas être effectuées sur le seul dos des agents et des cadres, en matière de charge et de bien-être au travail, mais aussi de carrière, de rémunération et de formation. Nous avons des statuts, des droits, réfléchis et construits, des cadres collectifs de négociation installés, qui nous protègent de l’arbitraire et nous apportent la sécurité nécessaire pour remplir sereinement nos missions de Service Public. Tout ce patrimoine est actuellement en cours de démantèlement pour s’orienter vers une Administration à la mode anglo-saxonne, où l’agent public sera la variable travail, isolée, individualisée et traitée comme telle. On nous assure que le Service Public n’en sera que plus efficace.

 Notre syndicat CGC combat cette évolution programmée : nous continuerons à défendre le statut des fonctionnaires et le dialogue social qui doit l’accompagner, garant d’une protection collective et forte, et garant de l’exécution de nos missions d’une manière neutre et impartiale. Nous défendons aussi fortement le principe de polyvalence du fonctionnaire dans le déroulement de sa carrière, source de richesse et de régénération. Nous ne nous opposons pas à la mise en place de systèmes de rémunération au mérite pour récompenser ceux qui fournissent le plus et le mieux, à la condition absolue que les systèmes mis en place soient véritablement transparents et non arbitraires. Notre syndicat n’est pas défavorable au recrutement des contractuels, mais sans que cela devienne systématique, dans un esprit de complémentarité et sans opposition, sur des missions spécialisées où les compétences sont indisponibles. Des agents contractuels qui doivent également être protégés par le statut qu’on leur attribue.

 Ce sont ces principes généraux auxquels la CGC est attachée, au-delà de la défense des agents au cas particulier, dans le cadre de recours, de promotion, de mutation, de difficultés personnelles au sein de leur service : un syndicalisme réformiste, ouvert, mais vigilant pour le respect de vos statuts, de vos droits et de vos conditions de travail.

 Pour les élections professionnelles 2018, nous comptons sur votre soutien. Votez CGC, adhérez, ou rejoignez-nous en exprimant votre souhait de participer à nos listes de candidats. C’est pour vous le moyen de signifier votre engagement sur les valeurs que nous partageons et d’avoir l’appui d’une organisation syndicale qui s’engage à les défendre et à les promouvoir.

 

Prémisses de plan social « à la dure » dans les DIRRECTE…

Date septembre 24, 2018

Le gouvernement a décidé d’abandonner ses missions de développement économique en démantelant les pôles D3E des DIRRECTE et en transférant cette compétence sur les collectivités territoriales. Au delà de la perte de compétence de l’Etat en faveur du développement économique et industriel du pays, ce qui est déjà sujet à critiques, cela ressemble pour l’instant à un véritable plan social « à la dure », à la mode des entreprises aux méthodes les plus rudes, qui va être mis en œuvre et impacter la vie professionnelle et privée de plus de 300 agents (soit plus de 70 % des effectifs). A ce jour, rien ne semble vraiment organisé. Les agents savent qu’ils vont avoir un entretien individuel avant la fin de l’année, et un peu plus d’un an pour se recaser. Mais où et comment ?? Pour l’instant, le pilotage de cette action semble pour le moins nébuleux et certainement pas correctement organisé, les personnels n’ont pas les mêmes enjeux en fonction de leur statut, les possibilités de reclassement sont bien floues : l’administration propose de changer de ministère, de partir en collectivité locale, voir de quitter la fonction publique. Quid de l’accueil dans les directions à réseau du ministère ? Oui, malheureusement, c’est aussi le grand dégraissage aux Finances, à la DGFIP particulièrement. Dans un plan social mal préparé, sans concertation, où l’employeur fait ce qu’il veut, nous savons que chacun se retrouve seul, sans beaucoup d’alternatives, choisit le moins pire, et le nombre de laissés-pour-compte est important. Avec l’ensemble des organisations syndicales, nous avons besoin d’urgence d’établir un suivi collectif  de ce plan social programmé, et de montrer à l’Administration et à nos dirigeants que si décision politique ils prennent, ils doivent en assumer les conséquences d’une manière humaine et respectueuse par rapport à l’ensemble des agents, qui ont un statut, qui n’ont pas démérité dans l’exercice de leurs missions, et qui ne sont pas responsables de cette décision. La CGC centrale finances a demandé une audience en ce sens à la direction des ressources humaines de Bercy.

D’insupportables arguments…

Date juin 21, 2018

Gérald DARMANIN vient de diffuser un communiqué de presse sur le rendez-vous salarial en affirmant que « le gouvernement respecte ses engagements et annonce des mesures nouvelles ».

Au menu, la reconduction de mesures déjà prises (compensation partielle de la CSG, GIPA, reprise du protocole PPCR en 2019) et l’ouverture de chantiers (ça ne mange pas de pain) sur la protection sociale complémentaire des agents publics et l’amélioration de l’accès au logement intermédiaire (?). Lire la suite de cet article »

La mort programmée des CAP

Date juin 4, 2018

Après de multiples actes d’hostilité à l’encontre des agents publics – il est désormais inutile d’en rappeler la liste – les pouvoirs publics s’attaquent à ce qu’il y a de plus légitime et nécessaire dans la gestion des carrières, à savoir l’examen en commissions administratives paritaires (CAP) des situations individuelles. Lire la suite de cet article »

La CGC appelle à se mobiliser le 22 mai 2018

Date mai 15, 2018

La CGC-Centrale appelle à se mobiliser le mardi 22 mai 2018

La CGC-Centrale constate une volonté gouvernementale bloquante visant, sous couvert des projets « Action publique 2022 », à « réformer » la sphère publique par autant d’actes hostiles aux fonctionnaires, quels que soient leurs fonctions, leurs grades et leurs compétences. Lire la suite de cet article »

Chantier prioritaire n°1 sur les instances de dialogue social

Date avril 10, 2018

La remise en cause des principales compétences des commissions administratives paritaires (CAP) et des commissions consultatives paritaires (CCP) ainsi que la disparition des CHSCT par fusion avec les comités techniques constitue une ligne rouge pour la CFE-CGC.

Vous trouverez, CI-JOINT, la déclaration préalable de la Fédération CFE-CGC des Services publics.

Journée du 22 mars : communiqué de la CGC-Centrale

Date mars 15, 2018

Lire,  CI-JOINT,  le communiqué de la CGC-Centrale à propos de la journée du 22 mars 2018.

———————————————————————————————————————–

Les pouvoirs publics affirment depuis plusieurs mois leur volonté de « réformer » en profondeur la fonction publique. Ce chantier ne saurait en soi être critiquable. Cependant, de mauvais signaux sont venus éclairer cette volonté dès l’année passée : Lire la suite de cet article »

Reforme de la fonction publique: calendrier et premières pistes

Date février 20, 2018

Une délégation de la fédération des services publics CFE CGC, a été reçue vendredi soir par le secrétaire d’Etat chargé de la fonction publique à la suite des annonces faites le 01/02/2018 concernant la réforme du statut de la fonction publique.

  1. DUSSOPT a rappelé les 4 axes de cette réforme :

dialogue social,

– rémunération,

– mobilité,

– recours élargi aux contractuels. Lire la suite de cet article »

A la recherche du pouvoir d’achat…

Date février 13, 2018

En application de la loi n°2017-1836 de financement de la sécurité sociale pour 2018, le taux de la Contribution Sociale Généralisée (CSG) applicable à compter du 1er janvier 2018 a progressé de 1,7 point et s’élève désormais à 9,2%. Concomitamment à la hausse de la CSG, les pouvoirs publics, sous la pression des organisations syndicales dont la CFE-CGC, ont décidé de compenser cette majoration en supprimant la contribution exceptionnelle de solidarité (CES) au taux de 1% et en créant une indemnité compensatrice. En effet, après le gel de la valeur du point d’indice, le report de PPCRil convenait à tout le moins de limiter la perte de pouvoir d’achat des fonctionnaires.

Lire la suite de cet article »